cliquez sur le plan

Le Vie Économique de Bouaké

LA VIE ECONOMIE A BOUAKE

​L’économie de la commune de Bouaké est caractérisée par le rôle moteur du secteur primaire dont les produits alimentent et organisent les secteurs secondaires et tertiaires. D'ailleurs, les acteurs déterminants de l’économie locale s’activent dans les secteurs secondaire et tertiaire.
Bouaké est un important centre de collecte et de redistribution de productions agricoles, notamment le marché gros. Les spéculations agricoles touchent plusieurs familles dont les plus importantes en termes de tonnage sont les noix, féculents et les céréales. Le tableau ci-après concerne le récapitulatif des principales productions et la quantité commercialisé à partir des marchés de Bouaké.

Tableau : Principales productions agricoles en provenance de Bouaké


Secteur Primaire

Principal fournisseur en intrant des secteurs secondaire et tertiaire, le secteur primaire repose sur l’agriculture. Cette agriculture est axée sur les cultures vivrières avec comme principales productions des spéculations céréalières et des tubercules. Ces productions sont renforcées par des cultures de rente dont les plus importantes sont le coton, le tabac, l’arachide et l’anacarde qui ne cesse de gagner en intensité. Ce sont d’ailleurs ces productions de rente qui déterminent les branches d’activités des industries de la commune. Même si c’est à des degrés moindres, l’élevage est pratiqué, de même que la pêche au niveau des plans d’eau de la commune.

Le secteur secondaire

Le secteur secondaire de la commune de Bouaké est marqué par l’importance du tissu industriel. D'ailleurs, Bouaké était la seconde zone industrielle derrière la capitale Abidjan avec près de 24 unités industrielles. Du fait de la combinaison des effets de la crise militaro-politique et de la crise économique internationale, la plupart des unités industrielles de la commune sont en léthargie. Les données actuelles dont nous disposons indiquent la présence de 10 unités industrielles opérationnelles. Les branches d’activités les plus représentées au niveau de l’industrie locale sont l’agro-industrie, le textile, le tabac, l’alcool, mais aussi le bâtiment. Les unités industrielles de la commune de Bouaké ont un effectif d’environ 810 employés, avec comme principaux employeurs la CIDT et IVTEX.

Tableau : Principales unités industrielles de la ville de Bouaké



Le secteur tertiaire

Le secteur tertiaire est constitué des activités commerciales, du transport, des services administratifs, entre autres. Il est largement dominé par le secteur informel qui se caractérise par un défaut de structuration et d’organisation : il s’agit du petit commerce qui est l’activité la plus dynamique et qui englobe une bonne partie de la population active de la commune. En dehors des marchés périphériques qui constituent les lieux de prédilection de ce type d’activité, le petit commerce se retrouve au niveau de toutes les artères commerciales de la ville.
Bouaké est aussi un centre commercial de renommée sous-régionale, avec l’existence du marché de gros qui joue un rôle important en termes d’approvisionnement et de transit de marchandises en direction des grands centres urbains du pays et de la sous-région. Il constitue le lieu de distribution des productions agricoles de l’hinterland de Bouaké à destination des autres grandes villes de la Côte d’Ivoire, mais aussi des pays voisins. Cependant, le faible niveau d’aménagement du marché de gros constitue une contrainte majeure pour la fluidité de la circulation des marchandises, mais aussi pour la mobilisation des recettes fiscales pour la Mairie.
Ceci explique également l’importance du trafic routier de Bouaké qui est une ville carrefour desservie par autoroutes et le chemin de fer, mais qui dispose aussi d’un aéroport. Même si le tourisme n’est pas très développé à Bouaké, on dénombre une vingtaine d’hôtels sur le périmètre communal.

Tableau : Les établissements commerciaux de la commune de Bouaké



Grâce à son statut de chef-lieu de région, et district et d’une situation de ville carrefour, la ville de Bouaké continue à jouer un rôle important dans l’économie nationale. La desserte en équipement de bases et services administratifs ténue par la ville montre l’importance de son poids à l’échelle régionale.

Les caractéristiques de l’emploi urbain

L’analyse sera basée sur les emplois liés au secteur industriel, artisanal et commercial, étant entendu que seules ces données sont disponibles. La mairie de Bouaké constitue également un cadre important en termes de création d’emplois urbains, comme le montre d’ailleurs le chapitre sur le fonctionnement des services de la mairie. Il importe de noter également que la structuration de l’économie urbaine, basée principalement sur l’agriculture, l’élevage et le commerce, s’explique par les potentialités naturelles du milieu favorable au développement du secteur primaire. Ainsi, l’étude de la typologie de l’emploi révèle la forte présence des emplois liés à la mise en valeur des productions agricoles.

L’artisanat est également bien développé au niveau de la commune de Bouaké, avec divers corps de métiers qui sont représentés : menuiserie, mécanique, électronique, maçonnerie, plomberie, tissage, restauration etc. Ces différents corps de métiers mobilisent près de 6232 personnes, avec comme principales préoccupations, le renforcement de leur capacités techniques et matérielles.

Néanmoins, le chômage des jeunes et la pauvreté des femmes constituent un fait majeur dans la commune de Bouaké. Cette situation a induit des répercussions sur le secteur économique, conduisant ainsi la population à développer un cadre relationnel assez poussé axé sur la mise en valeur des potentialités naturelles de la zone.

Tableau : Importance de l’emploi urbain

Source : Mairie de Bouaké, 2013

Faire un commentaire