cliquez sur le plan

Les Grands marchés de Bouaké

I- Le Grand Marché

La ville est animée par un marché quotidien, appelé «Super marché», le marché de la cathédrale Sainte-Thérése, où les villages alentours viennent s'approvisionner et vendre leurs produits.

Après la prise et le contrôle de tout le nord du pays par les forces nouvelles de Côte d'Ivoire en 2002, le commerce transfrontalier avec le Mali et le Burkina Faso s'est considérablement développé, l'approvisionnement par le sud étant devenu très difficile et aléatoire. Il en a résulté une moindre taxation des marchandises, la vie devenant ainsi meilleur marché au nord qu'au sud, contrairement à la situation antérieure. Bouaké s'approvisionne alors pour l'essentiel en denrées alimentaires à partir des pays voisins (Burkina Faso, Mali, Guinée) et s'astreint à consommer «local». La « viande de brousse » est plus facile à se procurer que celle de bœuf.

Les prix sont globalement moins élevés qu'à Abidjan, la zone étant devenue un no man's land fiscal.

Aujourd'hui, la situation est en voie de normalisation. Les principaux services de l'État sont désormais présents, les banques à nouveau ouvertes, et, sur les marchés, on retrouve des produits en provenance du sud. Bien évidemment, il n'est pas facile de rompre dix années de pratique par un coup de baguette magique. Mais, les choses se normalisent.

Lors de votre passage à Bouaké, n'hésitez pas à faire un tour au grand marché.

C'est là que se trouve l'âme de la ville. Là, vous pourriez apprécier le mode de vie des Bouakois. Et puis, on peut y acheter des souvenirs, en particulier les fameux pagnes teints de Bouaké.

 

II- Le Marché de gros de Bouaké

Situé à Dougouba (Sokoura), c'est le premier marché de ce type en Afrique de l'Ouest. Il comprend, outre les grands magasins, des maquis, des établissements financiers, des postes de douane et de police.

L’investissement total de ce marché est de l'ordre de 23,5 millions USD, avec 10,5 millions USD pour la construction des infrastructures physiques. L:ensemble a été financé par l'Union européenne dans le cadre du 7e Fonds européen de développement (FED). Bouaké, qui est déjà la plaque tournante dans le pays pour le commerce de l'igname, centralise au sein de ce marché toute l'offre régionale.

La distribution se fait ensuite à travers tout le pays et vers le Mali et le Burkina Faso.

Le marché de gros accueille principalement le commerce d'igname, de céréales, de colas et accessoirement de poteries. Si vous recherchez une opportunité d'affaires dans ces domaines, alors n'hésitez pas. Il ya de quoi faire. Vous pouvez aussi simplement le visiter.

 

 

III- Le Marché de Koko

 

Ce marché s'anime surtout les mercredis, jour de marché de Koko.

On y trouve de tout et surtout une délocalisation des activités liées à la fabrication de l’attiéké. 

 

Source : Fondation ATEF OMAÏS

Faire un commentaire