cliquez sur le plan

L'Habitat à Bouaké

L'HABITAT A BOUAKÉ

 

​De 1952 à 1966, le centre connaît une forte densification, la ville s'étend au nord et à l'ouest, certaines localités comme Koko ou liberté étant transformées en lotissements. En1957, le maire de Bouaké, Djibo Sounkalo et le maire de Villeneuve-sur-Lot Jacques Raphaël-Leygues expriment leur volonté de faire un partenariat des deux villes : le 27 juillet 1957, cette expression de partenariat se solde par un jumelage des deux municipalités.

De 1966 à 1982, Bouaké, nouvellement entrée dans la période indépendante, connaît des modifications spatiales importantes avec l'absorption de nouveaux villages. Des localités périphériques intègrent la ville : il s'agit de Belleville, Broukro, Konankankro. Dans cette atmosphère d'expansion, des riverains ruraux des quartiers péricentraux sont déplacés afin de permettre la réalisation d'importants programmes de voirie.

LES QUARTIERS DE BOUAKÉ​

Bouaké compte 14 principaux quartiers : Commerce, Koko, N’guattakro, Ahougnanssou, Nimbo, Air France, Kennedy, Broukro, Sokoura, Belleville, Dar-Es-Salam, Zone, Gonfreville, Beaufort et une trentaine de sous-quartiers. Parmi eux, certains se distinguent par leur particularité :

 ⇒ Commerce

Comme son nom l’indique, c’est le quartier des affaires, le quartier qui abrite également tous les services administratifs, les banques, les supermarchés, l’ensemble des lieux de loisirs (boites de nuits et bars), les principaux restaurants, les principaux hôtels. C’est l’ancien quartier colonial.

Il est situe en plein centre de la cite.

C’est le coeur de Bouake. On y trouve encore des vestiges de cette période dont beaucoup ont été réhabilités et d’autres a l’abandon, des espaces culturels (dont le célèbre centre culturel jacques Aka, ancien centre culturel français), le Capitole, la salle de cinéma qui a fait les heures de gloire de la cite, l’hôtel le Provincial, premier hôtel de Bouake, crée en 1957.

 

 

⇒ Koko

Koko est l’un des plus vieux quartiers de la ville. C’est le quartier des cheminots.

Situe derrière les rails, il a été crée par les travailleurs du chemin de fer. C’est aujourd’hui un quartier populaire qui regroupe des populations venant de divers horizons.

 

 

⇒ Kennedy

Du nom du président américain JFK, il est par excellence le quartier résidentiel de Bouake. Des demeures aux architectures toutes aussi imposantes les unes que les autres s’alignent le long de larges voies asphaltées. Quartier paisible, très aéré, il abrite le siège de la plupart des institutions internationales. Pille pendant les événements de 2002, il est aujourd’hui presque désert.

 ⇒ N’guattakro Ahougnassou et Broukro

Ces trois quartiers constituent les premiers quartiers baoulé de Bouake. Ce sont des villages de planteurs autour desquels se sont développées quelques activités modernes notamment, le premier ensemble industriel de Bouake mais aussi l’université de Bouake, devenue depuis peu l’Universite Alassane Ouattara, des écoles techniques récemment réhabilitées par la coopération japonaise et le Lycée municipal, devenu lycée Djibo Sounkalo.

 ⇒ Sokoura, Dar-Es-Salam et Belleville

Sont les trois gros quartiers malinké de Bouake, nés de l’activité commerciale. Ce sont des quartiers très animes et très actifs. C’est à Sokoura que se trouvent le grand marché, le marche de gros ainsi que la plus grande et la plus ancienne mosquée de la ville.

En 1971, le Centre du riz pour l'Afrique est créé et elle installe son siège dans la ville.

​Dans les années 1980, la transformation de Bouaké atteint sa « phase finale » et conduit à sa configuration actuelle. Le rayon d'extension de Bouaké est de 7,6 kilomètres, tous les villages figurant dans cet espace sont intégrés à Bouaké. Depuis 1980, la ville s'est étendue de plus de 1200 hectares.

Agglomérations, villages ou hameaux incorporés dans les limites de la Commune La commune de Bouaké est composée de 85 villages dont 81 villages propres et 4 villages récemment érigés en quartiers :

Les villages sont :
Aboua angankro- Adissakassou- Adjagblikoffikro- Affouekro- Agbangnansou- Ahodji- Akazakro- Akoumoi djekro- Allomabo- Alokoyaokro- Alokokro-Amanikro-Andon sakassou- Andonkro- Angankro- Apkesse- Assankro- Assegou dan- Assegou kan-Assemonblakro- Atikonankro- Bendekouassikro- Boblenou- Bobo Diabosokoura- Djamlabo-Djetouankro- Djogonou- Douakankro- Golikro- Kanhankro- Kaloukro- Kekrekouakoukro- Klossranbo- Koblekro- Kokofletekro- Kokokro- Kolobonouan- Konankankro- Kongodekro- Kongokro- Kongouekro-Kouadiomiankro- Kouakouyobouekro- Kouakoukro- Kouakro- Kouassiblekro-Kpangbambo- Kpokahankro- Kpotitakikro- Lagbassou- Lomibo- Mamian- Mebo- Minankro- Ndakro-N’douakro- Ndrikro- N’zuehoufouenoua- Oko- Pindikro- Pitiessi- Sessenouan- Sezenou- Suibonou- Takikouamekro- Talig bessou- Tanoussakassou- Totibo- Totokro- Troumabo- Yapokouakoukro- Yki- Yangakro- Rafiekro- Kanankro – Broukro – Adjéyaokro – N’dakro – Diahonou – Trainou Assekro – Trainou Minangougoukro.

Et les 4 villages transformés en quartier sont :
Kotiakro – Adjohoudoussou – Attienkro - Tchèlèkro

Source : Mairie de Bouaké et Fondation ATEF OMAÏS

Faire un commentaire